• Céline Cochelin

Slow Marketing ou l’art de prendre son temps pour ne pas en perdre

Dernière mise à jour : 25 oct. 2021

Je vous ai déjà parlé du slow marketing par le biais de tips diffusés ça et là. Mais en fait, au-delà de l’aspect un peu “bling bling” et accrocheur du terme, que cache cette expression ?



On parle de slow food, de slow city, de slow tourisme, du retour au calme et au zen. Aujourd’hui, je vous parle de slow Marketing. Cette démarche, bien loin d’être tombée de la dernière pluie, est peu connue. Elle rejoint les tendances que je viens d’énumérer et le concept d’Inbound Marketing. Selon moi, le Slow Marketing fait partie de l’écosystème du Marketing Durable.


Rester focus

Dans un premier temps, il s’agit de prendre le temps à chaque étape d’élaboration de vos projets marketing ou communication. D’y aller point par point et de ne pas s'éparpiller.


Bien souvent, les idées germent, fusent et confusent les esprits. Mal négociées, elles font partir en vrille si, au préalable, un cadre n’a pas été fixé.


Bien loin de castrer les épisodes d’idéation, ce cadre est le fil rouge qui vous permet de faire les bons choix.


A quoi bon :

  • Créer une landing page si on ne sait pas pourquoi on le fait ?

  • Développer son site internet si son offre n’est pas aboutie ?

  • Lancer une gamme si on ne sait à qui elle s’adresse ?

  • Développer un chatbot si vos produits et services ne sont pas adaptés ?

  • créer une app ?

  • Envoyer des mailings et des emailings si on n’a pas de fichiers qualifiés ?

  • Créer une base de données si on ne sait pas ce que l’on veut mettre dedans et ce qu’on va en faire ?

  • Avoir un CRM si on ne connaît pas ses flux et qu’on n’a pas déterminer ceux qui ne mènent à rien ?

  • Choisir un outil si on ne connaît pas l’ensemble de ses besoins ?


Et j’en passe et des meilleurs [Old School Generation] !


gif

Calm down, on met sur pause, on ne cède pas à la pression, on avance step by step et dans le bon ordre, qu’on a déterminé au préalable. On ne se laisse plus balloter et aller là où va le vent. On pose les choses.


On ne met pas la charrue avant les bœufs [re-Old School Generation].


Prendre son temps pour ne plus en perdre

Le slow marketing prend son temps. Il apprivoise le client. Il crée une relation particulière avec lui car il ne le brusque pas. Il ne le bombarde pas. Il vise juste. Parce qu’on le connaît bien, parce qu’on sait où, quand et comment l’amener à entrer en contact, il crée un sentiment de sécurité envers l’entité qui le pratique.


Pour certains, il peut paraître frustrant, tant il prend son temps. Nous sommes dans la culture du résultat immédiat. Mais nous autres, vieux briscards, savons que les relations qui s’enflamment ne durent pas.


Avec cette posture, vous devenez des apporteurs de solution qu’on attend et non plus des harceleurs. Si bien, qu’à force de bienveillance et de communications à bon escient, le slow marketing rapporte la confiance, la fidélité et surtout, avec le temps, des résultats durables.

En conclusion, au-delà d’une culture projet, il s’agit de conquête clients dans un esprit de séduction et non pas de “bourrage de crâne”. Vous gagnerez en crédibilité, en notoriété et en CA sur du long terme. Que demande le peuple ?


gif

Auteur : Céline Cochelin

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout