• Céline Cochelin

Marketing : Ange ou Démon ?

Dernière mise à jour : 25 oct. 2021

Le marketing est un concept né aux États-Unis en 1950. Depuis, le petit a bien grandi et a commis autant de bêtises que de belles actions. Alors comment démêler le vrai du faux ? Comment avoir confiance en un mot qui fait froid dans le dos ? L'enfant terrible est-il plus ange que démon ? Je vous propose de compter les points.


Image illustrant un ange aux ailes brisées.

Le marketing en 2021


J’aime bien faire la petite souris. Mon gabarit et ma facilité à me fondre dans le paysage font que je peux être à l’écoute, sans interagir, sans même être remarquée. Cette capacité d’adaptation est très utile. Elle permet d'entendre les avis sans filtres. On sait comme tout à chacun a tendance à adapter plus ou moins ses mots, ses intonations et son discours suivant à qui il s’adresse.


Ainsi, j’ai souvent entendu de bien vilaines choses sur les marketers. Faire du marketing…beurk ! Quel vilain gros mot ! Pour certains, ce serait même une honte.


gif

Sorte de diable à deux têtes, le marketing servirait uniquement à agresser le consommateur à grand coup :

  • de promotions qui n’en sont pas,

  • d’offres à petites lignes,

  • de services clients sans interlocuteurs,

  • de garanties vides,

  • de produits magiques qui ne fonctionnent pas,

  • de valeurs opportunistes,

  • ou de soi-disants biens indispensables pour une vie réussie…

Certes, en s’appuyant sur les 4 P de MC Carthy inventés en 1960 :

  • Product

  • Price

  • Place

  • Promotion

Certaines entités font du marketing uniquement pour maximiser leurs ventes.


Hors, le marketing a pour mission "de base" d'aider les gens. Et c'est cette capacité qui permet aux entreprises de vendre pour répondre à un besoin, et non de vendre pour vendre. Il n’en reste pas moins qu'en 2021, on est encore loin du compte.


Démon = 1 👍

Ange = 0 👎


gif


La douche, meilleur endroit d’idéation ?


Je ne sais pas vous, mais je ne compte plus le nombre de fois où j'ai entendu : "J’ai pensé ce matin, en prenant ma douche, on devrait faire…" ? La douche serait-elle devenue LE lieu de toutes les créations ?


Photo de la scène de la douche du film Psychose d'Alfred Hitchcock
Mauvaise idée !

C'est bien connu, le marketing c’est du bon sens [Glurps] ! Et oui, tout le monde sait : pas besoin de confronter ses croyances au marché, au secteur, aux avis clients [Glurps bis]! #nousonsait.


Autre phrase qui fait mal : "Hey ! La dernière campagne de XXXXX a très bien marché ! On fait pareil ? ".


On peut aussi mixer cette phrase avec :

  • les événements,

  • la plaquette,

  • le totem,

  • le site internet,

  • la campagne de mailing

  • la newsletter,

  • le programme de fidélisation,

  • les partenariats,

  • les posts sur les réseaux sociaux, etc.

Bref tous les types de campagnes de communication ou de marketing.


Ce type de stratégie, loin d'être innovante, n'est pas porteuse. Pourtant, bien des entités s'y raccrochent. Elles ne comprennent pas qu'elles détériorent leur image de marque. Elles n'ont pas conscience à quel point elles brouillent leur positionnement et leurs messages. Souvent, elles objectent qu'elles n'ont pas besoin faire de veille stratégique.


Ne trouvez-vous pas que cela revient à dire... Pas besoin de faire du marketing !?


Démon = 1 👍

Ange = 0 👎


gif


Le Roi Louis a tout compris !


Pour bien entendre, il faut savoir bien écouter. Il faut savoir qui écouter. Écoute-t-on la masse ou écoute-t-on sa niche ?


En ce qui me concerne, je considère qu'être marketer c’est avoir pour mission d’écouter le monde avec de grandes oreilles. C'est savoir détecter les non-dits ou les bruits blancs. Vous savez, écouter ces petits cris sourds qu’on entend pas ou plus.


C'est aussi prendre le temps de s’asseoir à la terrasse d'un café pour regarder passer les gens. C'est humer l'air de l'époque, voir comment la société évolue. C'est s’intéresser aux bruits du monde. C'est être curieux des innovations et de la recherche. C'est être capable de trouver les fous d'aujourd'hui qui seront les précurseurs de demain.


Et aussi, faire du marketing, c'est savoir se recentrer sur le client en sa qualité d'être humain. C'est s’intéresser à lui. C'est lui donner la parole sans l’interrompre, sans l'influencer. Enfin et surtout, c'est respecter la confiance qu'il nous porte. Celle-ci est si fragile.


Le client est une personne. Même derrière un "client entreprise", il y a des gens, un interlocuteur unique, une personne.


Chaque personne est une personnalité. Cela peu paraître simpliste comme message. Cependant, lors de la création d'un persona, peu vont au bout bout. Pour ma part, je vais jusqu'à définir les goûts, les dégoûts, les passions, les révulsions... Je sais que mon persona a ses lieux de souvenirs, ses endroits privilégiés, ses séries préférées, ses musiques qui résonnent dans son cœur. Tout ce qui le distingue d'un autre fait de lui un être original. Quoi de plus intéressant que de découvrir la magie d'une personne au travers de son écoute et de son observation.


Au delà de ces aspects psychologiques et sociologiques, le marketer comprend que le consommateur est un utilisateur. Cet utilisateur envisage les choses au travers de son prisme.


Le marketer sait que l’utilisateur n'a pas la même culture et les mêmes connaissances techniques que l'entreprise. Il sait qu'il ne connait pas toute la technicité de son secteur ni son vocabulaire, ni de son produit/service, ni la machine qu'il y a derrière.


Le client connait encore moins la façon de réfléchir de toute l'équipe de production. Il ne sait pas comment est conçu un outil, une application, une fonctionnalité... que sais-je ? Il se fiche de la façon dont ça se passe derrière. Le marketer d'aujourd'hui l'a bien compris.


Démon = 0 👎

Ange = 1 👍


gif


Google, empêcheur de tourner en rond ?


Google oblige à faire de la qualité, un point c'est tout. Et moi, je trouve ça formidable ! À mesure que certains cherchent à faire tourner en bourrique Google, ce dernier trouve des parades. C'est le chien qui se mord la queue.

Le chien qui se mord la queue, expression pour dire qu'on tourne en rond.

L'idée de Google est de permettre à l'utilisateur de trouver ce qu'il cherche. C'est aussi simple que ça.


Derrière la course à la première page de recherche se cachent souvent pas mal de mauvaises pratiques. Elles dupent un moment, mais jamais pour longtemps.


La recette est pourtant si simple, il faut à minima :

  • Savoir à qui on s'adresse,

  • Connaitre son écosystème,

  • Savoir ce qu'on veut dire,

  • Savoir comment le dire,

  • Choisir ses lieux d'expression,

  • Produire du sens,

  • Avoir un positionnement clair,

  • Parler avec le langage de son audience sans se fourvoyer #authenticité,

  • Donner de la valeur à ses contenus...

Evidemment, cela prend du temps. Cela prend plus de temps que de truffer ses contenus de trucs et astuces pour duper les robots. Mais, croyez-en mes vingt-cinq ans d'expériences professionnelles, les bonnes choses prennent du temps. Vous le savez autant que moi. Ce travail garantit une qualité d'audience pointue. En plus d'être exceptionnelle, elle sera fidèle et pollinisatrice.


Le Slow Marketing et le Marketing Frugal sont les héritiers de cette démarche qualité.


Démon = 0 👎

Ange = 1 👍


gif


And the winner is !


À ce stade, et uniquement sur ces quatre points, nous sommes ex-æquo. Pour autant, moi j'y crois au "Petit" !


Comme disait mon père :

"Si les cochons le mangent pas, on pourra en faire quelque chose !".

Ce sujet étant ma passion. Je continuerai de compter des points dans un prochain article.

Intarissable, je sais que les idées et les démarches se challengent chaque jour.



 

"Remember" : Marketing 3.0 = centré sur l'Humain, les Utilisateurs et les Valeurs de l'entreprise.




34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout